le bourgeois gentilhomme analyse complete

le_bourgeois_gentilhomme

Biographie de Molière:

Molière, de son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, est né le 15 janvier 1622, et est mort le 17 février 1773. C’était un acteur et un dramaturge de théâtre. Il reste un des auteurs les plus joués et le plus étudiés. Molière devait devenir tapissier, mais sa rencontre avec une famille de comédiens, les Béjart, lui donna le goût du théâtre, et il tomba éperdument amoureux de la fille, Madeleine. En 1643, il décide de monter sa troupe, au grand dam de son père, qui lui coupa les vivres.

Molière voulait jouer des drames, mais il découvrit que les farces étaient beaucoup plus appréciées. Sa première farce, “Le docteur amoureux”, en 1858, fut un triomphe, et se transforme en protégé de Louis XIV, qui l’installa au petit Bourbon. À partir de ce moment, les pièces se succèdent: “L’école des femmes”, “Tartuffe”, “Dom Juan”, ou “Le misanthrope”. Il s’essaya aussi aux comédies-ballets avec Lully, en créant par exemple “Le Bourgeois gentilhomme”.

Molière tomba malade en 1666, de la tuberculose, et mourut sur scène en 1673 au cours de la représentation du “Malade imaginaire”. Molière est considéré comme le fondateur de la comédie française, et reste une référence en tant qu’auteur français.

Au plaisir de pouvoir encore vous aider!

Théâtre

Le théâtre, ou genre dramatique, est à la fois l’art de la représentation d’un drame, un genre littéraire particulier, et l’édifice dans lequel se déroulent les spectacles de théâtre1.

Jadis, le mot désignait également la scène ou le plateau, c’est-à-dire toute la partie cachée du public par le rideau2.

Au sens figuré, « théâtre » désigne un lieu où se déroule une action importante (par exemple, un théâtre d’opérations militaires).

Aujourd’hui, à l’heure des arts dits pluridisciplinaires, la définition de l’art du théâtre est de plus en plus large (jusqu’à se confondre avec l’expression spectacle vivant), si bien que certains grands metteurs en scène n’hésitent pas à dire que pour qu’il y ait théâtre, il suffit d’avoir un lieu, un temps, un acte et un public.

Il s’agit de spectacles dans lesquels des acteurs, mis dans les circonstances et les situations créées par un texte et la vision d’un metteur en scène/réalisateur, incarnent des personnages pour un regard extérieur (le public), dans un temps et un espace limités. Les dialogues écrits sont appelés pièces de théâtre, mais il peut y avoir également du théâtre sans texte écrit ou même sans aucune parole. Dans la création contemporaine, les frontières entre les différents arts de la scène (théâtre, mime,cirque, danse…) sont de plus en plus ténues, si bien que certains professionnels n’hésitent pas à remplacer le mot théâtre par les mots spectacle pluridisciplinaire ouspectacle vivant, mettant ainsi l’accent sur le métissage des disciplines.

Comédie

La comédie   est un genre littéraire, théâtral, cinématographique et télévisuel fonctionnant sur le registre de l’humour. Elle met généralement en scène des personnages de bas niveaux, contrairement à la tragédie. Malgré les apparences, la comédie n’est pas systématiquement comique, même si la plupart des comédies le sont. La comédie larmoyante, par exemple, n’a rien d’humoristique mais fonctionne comme une comédie, notamment à travers la caractéristique classique de la fin heureuse. De nos jours, le terme s’est brouillé car des œuvres contemporaines peuvent tout à fait être humoristiques et posséder une fin malheureuse.

Le vice du personnage principal va à l’encontre de l’histoire d’amour habituelle à la comédie.

D’autre part, au-delà de l’amusement et du divertissement que procurent beaucoup de comédies, une œuvre d’un tel genre peut aussi avoir un aspect critique.

La comédie trouve son origine dans la littérature grecque Jacques Grévin, dans son Brief discours (1561), en donne quant à lui l’étymologie suivante : « Et quant à moi je suis de cette opinion que la Comedie a pris son nom c’est-à-dire des rues par lesquelles de ce premier temps elles estoyent jouees.

Comme pour la tragédie, la comédie classique française devait obéir à la règle des trois unités.

Le terme de comédie désigne également l’art de l’acteur (dit également comédien). Jouer la comédie signifie interpréter un rôle.

Au sens figuré, faire la comédie signifie faire du cinéma ou faire des manières pour peu de choses

Analyse du titre le bourgeois gentilhomme

Pourquoi est-ce que le titre Le Bourgeois gentilhomme est une

contradiction dans les termes?

Un gentilhomme est un homme noble de race et de naissance.  On

naît gentilhomme.

Un bourgeois : Un commerçant ou un artisan qui n’est pas noble.

Le titre est une contradiction dans les termes parce que c’est impossible

d’être à la fois gentilhomme et bourgeois.

Pour la premier fois à chambord le 14 octobre 1670 le titre donné à la pièce est revélateur . il nous apprend que pour Molière le sujet de l’œuvre. C’est M  jourdain et sa propension vaniteuse à gagner une classe sociale qui n’est pas la sienne

Le genre littéraire

Cette pièce incarne le genre de la comédie-ballet à la perfection et reste l’un des seuls chefs-d’œuvre de ce genre noble qui ait mobilisé les meilleurs comédiens et musiciens du temps (avec Jean-Baptiste Lully notamment). L’une des raisons du succès qu’elle remporta immédiatement est le goût de l’époque pour ce qu’on appelait les turqueries. L’Empire ottoman était alors un sujet de préoccupation universel dans les esprits et on cherchait à l’apprivoiser.

L’origine immédiate de l’œuvre est liée au scandale provoqué par un ambassadeur turc. Lors de sa venue le 5 novembre 1669, Louis XIV reçoit Soliman Aga, un envoyé du sultan de l’Empire ottoman, Mehmed IV. Le Roi-Soleil a déployé tout le faste dont il est capable pour impressionner l’ambassadeur turc. Son brocart d’or est tellement couvert de diamants qu’il semblait « environné de lumière ». Pourtant au sortir de la réception, l’invité aurait dit à des proches : « Dans mon pays, lorsque le Grand Seigneur se montre au peuple, son cheval est plus richement orné que l’habit que je viens de voir. ». L’anecdote fait le tour de la Cour et Louis XIV, piqué au vif, cherche un moyen de ridiculiser les Turcs dont l’ambassadeur a osé ne pas être ébloui par le Roi-Soleil.

Molière, auteur, metteur en scène et comédien, est, depuis plusieurs années, proche du roi et c’est lui qui va se charger de régler les comptes en prose et en musique. Il se met au travail avec le musicien Jean-Baptiste Lully pour créer la pièce du Bourgeois gentilhomme.

Le château de Chambord n’en possédant pas, c’est au premier étage de la branche sud qu’est aménagé et monté pour la première fois en 1669 un théâtre en bois2. Les courtisans de Louis XIV, ayant eu connaissance du sujet et craignant d’être éreintés par Molière, tentent d’abord de faire interdire la pièce, puis lors de la première du 14 octobre et de la deuxième du 19 du même mois, accueillent la pièce sans un applaudissement, dans un mépris manifeste3. Mais le roi, à l’issue de la deuxième représentation, fait part de sa satisfaction : « Je suis tout à fait content de votre comédie, voilà le vrai comique et la bonne et utile plaisanterie ; continuez à travailler dans ce même genre, vous me ferez plaisir4

Personnages

Jourdain est un personnage créé et joué par Molière lui-même. C’est le personnage principal du récit, il est l’étudiant en « gentilhommerie ». Il est amoureux de la marquise Dorimène. Il est vaniteux, naïf et capricieux.

Mme Jourdain est, dans l’ensemble des personnages féminins de Molière, une figure singulière. Elle apparaît dans peu de scènes de la comédie, et quand cela arrive, c’est toujours pour s’opposer à son mari soit en face, soit par des coups bas. C’est le personnage le plus « vieux jeu » de la pièce, mais elle n’est jamais ridiculisée et a quand même joué un rôle d’intrigante envers monsieur Jourdain à la fin de l’histoire.

Lucile est la fille de M. Jourdain. Elle représente dans cette pièce, un des principaux contrastes. Elle garde les aspects fragiles de la jeune fille amoureuse, naïve.

Nicole, la servante, forte de son rire et de son caractère paysan, parle devant son maître d’une façon décontractée et sans complexe, comme la plupart des servantes apparaissant chez Molière.

Cléonte est le cliché de l’amoureux honnête homme, devenu dans Le Bourgeois gentilhomme, un jeune libertin jouant un amoureux transi prêt à tout pour que son amour soit réciproque, même à se déguiser en imaginaire fils du Grand Turc.

Covielle est le valet de la pièce, il est à Cléonte ce que Nicole est à Lucile. Mais son rôle bascule : il n’est plus le valet balourd et devient le maître de la comédie de la « turquerie

Dorante joue un rôle déconcertant. Intrigant et sans scrupule, c’est aussi le complice du piège organisé par Covielle et Cléonte.

Dorimène est une veuve qui se permet de tout faire, malgré tous les efforts de M. Jourdain. Elle sous-entend à l’acte III qu’elle va épouser Dorante et confirme ses dires à l’acte IV.

Le Maître de musique est un homme pratiquant l’art pour gagner de l’argent. Il considère M. Jourdain comme un moyen facile de s’enrichir, et s’oppose en cela au Maître à danser, qui profite des largesses de son élève mais voudrait qu’il soit capable d’apprécier la danse à sa juste valeur.

Le Maître d’arme enseigne le maniement du fleuret à monsieur Jourdain. Très sûr de lui et de la supériorité de la science du combat, il provoquera une dispute entre lui, le Maître à danser et le Maître de musique par son mépris pour leurs arts. L’ensemble tournera à la bagarre quand le Maître de philosophie, plus rhéteur que véritable philosophe, décrètera la suprématie de ce qu’il appelle philosophie, quand on voit qu’il ne fait qu’apprendre à monsieur Jourdain les mouvements des lèvres intervenant dans la prononciation des voyelles et de quelques-unes des consonnes.

Le Maître de philosophie

Le Maître tailleur

Garçon tailleur

Deux laquais

Résume

Monsieur Jourdain est un riche bourgeois qui rêve de venir noble, c’est pourquoi il engage des mâitres (des profs) pour lui apprendre tout ce qu’un noble doit savoir selon lui. Seulement voilà, Monsieur Jourdain est tout sauf un élève doué, il est capricieux, naïf, etc. Les maîtres ne sont finalement là que pour l’argent et passent leur temps à le berner.

Monsieur Jourdain a une fille, Lucile, qui aimerait épouser le beau Cléonte mais, horreur, celui-ci n’est pas noble, il en est donc hors de question!

De son côté, ce très cher Monsieur Jourdain fait la cour à la belle marquise Dorimène, par l’intermédiaire de celui qu’il croit son ami, Dorante. Oui, mais Dorante joue un double jeu et il essaie de séduire Dorimène, pour lui-même!

Finalement, Covielle, le valet de Cléonte, va prendre monsieur Jourdain à son propre piège en faisant passer son maître pour un noble Turc; il organise une cérémonie où Monsieur Jourdain devient mamamouchi (faux titre de noblesse turc). Lucile et Cléonte se marieront, Nicole (servante de Lucile) et Covielle aussi et Dorante épousera Dorimène.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s